Lutte contre la corruption à Man: Responsables des services publics et populations sensibilisés

Temps de lecture : 3 minutes

La Haute autorité pour la bonne gouvernance (HABG) était à Man les lundi 09 et mardi 10 juillet 2018, dans le cadre d’une campagne de sensibilisation des autorités locales et des populations sur les conséquences de la corruption.

Le samedi, face aux autorités locales dans toutes leurs composantes,  les forces de l’ordre, les directeurs régionaux et chefs de services publics et parapublics, Jean-Jacques Atoungbré, Chargé de sensibilisation à la HABG a  expliqué les missions de son institution. « La HABG assure une mission de lutte contre la corruption et les infractions assimilées », a-t-il indiqué. Il a par la suite dévoilé les conséquences néfastes de la corruption qui pour lui demeure une mauvaise chose pour la société. Selon ses dires, la corruption qui se définit comme l’utilisation abusive d’un pouvoir, une dégradation morale, tout comportement par lequel les agents du secteur public et privé obtiennent un enrichissement impropre et illicite  est un mal à combattre à tous les niveaux. « La corruption peut conduire à la mort, empêcher la scolarisation des enfants, à la dépravation des meures », a-t-il relevé. Le conférencier estime que tout le monde doit se mobiliser pour dénoncer la corruption de quelque nature que ce soit parce qu’elle est un facteur qui freine le développement et l’épanouissement des populations.

Mardi, face aux populations, Jean-Jacques Atoungbé a réitéré le même message tout en assurant les participants de ce que des dispositions légales existent pour protéger ceux qui dénoncent les corrupteurs et les corrompus. Il a par ailleurs souligné que les actes de corruptions sont passibles de sanctions pénales et de lourdes amandes. Aussi bien pour le corrompu que pour le corrupteur. A ces différentes rencontres, l’un des moyens de prévention que le conférencier a indiqué est la déclaration des biens auprès des services de la Haute autorité pour la bonne gouvernance. Aussi, a –t-il assuré que la confidentialité de cette déclaration est garantie car  soutient-il, en cas de fuite d’information à ce sujet, le coupable est passible de sanction allant jusqu’à des peines privatives de liberté.

Le chef de la délégation de la HABG, Ousmane Ndiaye a indiqué que la corruption freine la venue des investisseurs dans un pays. « Lorsqu’un pays est qualifié de champion de la corruption, les investisseurs n’apportent pas leur ressources à ce pays pour l’aider à se développer. Ça pour conséquence le manque de route, le manque d’école, la paupérisation de la population. C’est pour éviter cette catastrophe que notre institution a décidé de venir vous sensibiliser », a expliqué l’envoyé du président N’golo Coulibaly. 

Le préfet de la région du Tonkpi, préfet du département de Man, Soro Kayaha Jerôme, a salué cette initiative de l’institution en charge de la bonne gouvernance. Il a exhorté la population à s’impliquer activement dans cette lutte. Quant aux fonctionnaires et agents des services publics, le préfet de région les a exhortés à ne pas avoir peur et d’aller déclarer leur patrimoine, une exigence de la loi.

 Lors des deux rencontres, une plateforme anticorruption présidée par le préfet de région  et un comité départemental d’intégrité ont été installés. Ces deux structures ont un rôle d’éveil et de sensibilisation dans la lutte contre la corruption.  

Kindo Ousseny à Man

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *