Man / Pour le développement socioéconomique du Bafing : Les jeunes Mahous s’organisent

Temps de lecture : 4 minutes

Les jeunes ressortissants de la région du Bafing regroupés au sein de l’association « Génération consciente du Bafing, (Gecob) », ont organisé leur rentrée associative ce dimanche 1er mars 2020 à l’hôtel communal de Man. Une cérémonie placée sous le parrainage Konaté Djakalika, Secrétaire exécutif de la commission nationale des  frontières.

Selon le président investi de cette nouvelle association, Diomandé Cheick Hassane, « la Gecob se donne pour mission d’éveiller les consciences des peuples du Bafing à travers l’information, la formation et l’éducation des masses afin que celles-ci puissent prendre leur destin commun en main et faire face aux défis socioéconomiques  et politiques qui se présentent à elles ».

En terme d’actions, l’association entend faire la promotion des atouts culturels de la région, réaliser l’intégration des fils et filles du Bafing et sollicitant  les cadres et les élus dans l’atteinte de ses objectifs d’indépendance économique et financière des jeunes, gage de leur autonomie. Diomandé Cheik Hassane et ses camarades comptent s’investir dans le social à facilitant la formation des membres, et surtout en étant des artisans de la paix et de cohésion sociale.

Le parrain de la cérémonie, Konaté Djakalidja, Secrétaire exécutif de la commission nationale des frontières, a félicité les jeunes de l’association pour leur engagement dans la promotion des valeurs qu’incarne le peuple du Bafing.  Il les a exhortés à la paix et surtout à l’amour vrai. Car dit-il, « sans amour il n’y a pas de foyer, sans amour, il n’y a pas d’association, sans amour il n’y a pas un Etat. Sans amour il ne peut pas avoir de paix dans un village. Sans amour, il ne peut pas avoir un vrai chef, pour que le chef soit un vrai chef il faut que ceux qui sont autour de lui l’aiment. Pour que le chef de famille soit un vrai chef de famille, sa femme et ses enfants doivent l’aimer. Donc l’amour est fondamental ». Pour lui si les jeunes ont créé cette association pour aider le Bafing, ils doivent au préalable s’aimer entre eux. « Pour bâtir le Bafing, vous devez vous unir et l’union ne peut pas se faire sans amour. On ne met pas quelqu’un à sa tête sans l’aimer. Vous avez mis Diomandé à votre tête, vous devez l’aimer », a-t-il insisté. Konaté Djakalidja s’est félicité de ce que l’association Gecob, regroupe des jeunes de toutes les couches sociales et de différentes générations. Ce qui le rassure quant à la pérennisation de cette association qui se veut un outil de développement en mesure de traverser le temps.

Il s’est engagé à les accompagner parce que pour lui, les jeunes, c’est l’avenir d’une famille, c’est l’avenir d’une nation.  Pour terminer il a conseillé ses filleuls, à maintenir leur relation avec Dieu, en étant des hommes et des femmes de foi. Car sans Dieu, rien de grand ne peut se bâtir.

La sous-préfet de Man Djéréhé Claude, représentant le préfet de la région du Tonkpi a invité les membres Génération consciente du Bafing à être des jeunes véritablement conscients en faisant du civisme la boussole de toutes leurs actions, en faisant de leur parrain Konaté Djakalidja leur modèle.  « Quand on est génération consciente ça veut dire que désormais nous avons des valeurs, ça veut dire que nous sommes respectueux de notre culture, de nos traditions mais également des lois que nous nous sommes édictées. Il est important que génération consciente soit un modèle dans sa communauté, un model dans son école, dans son université. On ne doit pas vous voir dans l’alcool, dans la drogue on ne doit pas vous voir poser des actions contraires à la loi », a-t-elle conseillé.

L’administrateur civile a par la suite exhorté les jeunes mahous à contribuer à la sensibilisation pour la déclaration des enfants à l’état civil, à la lutte contre les violences faites aux femmes, et à la scolarisation et au maintien de la jeune fille à l’école.

Le maire de la commune de Man Aboubacar Fofana a encouragé les jeunes du Bafing dans leur organisation. « Nous comptons sur vous à l’instar de toute la jeunesse de Man pour démontrer qu’il existe à Man une autre jeunesse. Celle qui n’est pas disposée à ranger les chaises pendant les cérémonies politiques. Celle qui pense à son avenir. Celle qui pense aussi qu’on peut se réaliser autrement en s’attachant réellement à sa logique et en mettant en avant l’intérêt de la nation, l’intérêt de la communauté », a indiqué le premier magistrat de la commune. Il les a assurés du soutien et de l’accompagnement de la mairie de Man dans ces grands défis à relever.

De son Côté Koné Laman, président de la cérémonie a mis l’accent sur les valeurs culturelles du peuple Mahou qui doivent servir de guide aux membres de l’association dans l’accomplissement des tâches qu’ils se sont assignés.

Le représentant du président de la cérémonie Diomandé Lakika a traduit les félicitations et les encouragements de Bamba Mamadou dit Momo, pour avoir compris que pour aller de l’avant il faut se mettre ensemble. « Soyez de véritables agents de développement en vous engagent pour la paix et la cohésion sociale », a-t-il conseillé avant d’offrir la somme de 500 milles francs de la part de son mandant.

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *