Russie 2018/ Man au rythme de la Coupe du monde

Temps de lecture : 3 minutes

La coupe du monde 2018 a démarré depuis le 14 février dernier en Russie. Même si la Côte d’Ivoire ne participe pas à ce mondial, les ivoiriens, et singulièrement les mannois, vivent cette grande messe du football comme s’ils y étaient.

Les matchs de la coupe du monde sont très suivis par les populations

Les populations du Tonpki, à l’instar des autres régions de la Côte d’Ivoire, vivent les rencontres du Mondial 2018 comme un seul homme. À Man,  à l’heure des matchs, kiosques, commerces, gares sont bondés de férus de football.

Un tour dans les différents endroits publiques suscités, nous a permis de sentir cette chaleur des supporteurs et de vivre l’ambiance des stades.

Selon Kader, gérant de kiosque au quartier commerce, l’engouement est de mise depuis le début du championnat. « Depuis le début de la coupe du monde, le kiosque reçoit de plus en plus d’hommes. Certains passants freinent leur élan pour s’installer au kiosque et suivre les matchs. Le kiosque est de plus en plus pris d’assaut depuis cette coupe du monde », dit-il avant de préciser que tout cet engouement est accompagné de quelques pots de noir. Ce qui contribue à améliorer les chiffres d’affaires, selon lui.

A la gare Bon dioula, sis dans le même quartier, les heures de matchs sont des moments de retrouvailles entre férus de football de toutes tendances et de tous les pays frères de la Côte d’Ivoire (Guinée, Sénégal, Mali, Burkina).

À en croire, l’un des responsables de la gare, Doumbia Mamadou, l’ambiance qui y règne est conviviale. « La coupe du monde se vit et se sent à la gare Bon dioula. Passagers, passants, amis, voisins tous ceux qui aiment le foot dans les environs prennent d’assaut notre gare. C’est le lieu pour nous de vivre ensemble cette grande messe du football. Nous sommes parfois débordés de monde à tel enseigne que lorsque que le car arrive, les passagers ont du  mal à se frayer un chemin. La Côte d’Ivoire ne joue pas la coupe du monde mais nous sommes derrière tous les représentants africains», raconte Rougeot.

Tout comme au quartier Commerce, les autres quartier et les différents commerces du marché sont pris d’assaut lors des matchs.

Doro, un vendeur de lunettes, rencontré, estime que les matchs, il les regarde au marché chez un compatriote qui vend des télés. Pour lui, suivre un match avec les frères est plus intéressant. « Le Mali ne joue pas la coupe du monde c’est vrai, mais nous on aime le football. Et quand on aime le football c’est toujours bon de se retrouver autour du thé pour suivre les différents matchs », explique-t-il.

Si les commerces et les grins sont les lieux les plus en vue, les maquis et certains restaurants sont aussi pris d’assaut par certains amoureux du ballon rond. Bamba Kader, pour lui un bon match de football se regarde autour d’un verre. « Moi je préfère avec des amis nous retrouver dans un maquis de la place pour suivre les match. L’ambiance est bon enfant et nous célébrons les buts en dansant et en chantant ».

Les matchs des pays africains, les plus suivis

L’Égypte, le Maroc, le Nigeria, la Tunisie et le Sénégal sont les représentants africains à cette coupe du monde. Même si la plupart sont aujourd’hui éliminés, il faut dire que ce sont leurs matchs qui rassemblent plus de monde.

Diabate Ibrahim dit Kabongo, chef de ‘’ grin’’, explique pourquoi. « Nous sommes africains et nous le demeurons. Nos priorités sont les différents matchs de nos paires africains. Même si on a pour la plupart nos équipes éliminées il n’en demeure pas moins que ce sont ces matchs qui nous intéressent plus ( le Sénégal etait encore le dernier représentant africain en course, au moment de notre passage) ».

À ces matchs les plus suivis, s’ajoutent ceux de l’argentine, du Brésil, de l’Espagne, de l’Angleterre, de l’Allemagne, de la France où encore de la Belgique qui regorgent de nombreuses stars mondiales du football et demeurent de grandes nations footballistique.

Au constat, la grande messe  du football est vécue par les populations du yacoubadougou paris ( Man) avec beaucoup d’émotions.

Doumbia Seydou Badian

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *