Fin de cavale pour le taxi maître auteur de l’accident mortel

Temps de lecture : 3 minutes

Le 03 mai 2021 dernier un chauffeur de taxi a percuté trois élèves et un étudiant motocycliste à Man, faisant un mort et trois blessés dont un cas grave évacué au Centre hospitalier universitaire de Bouaké. Le chauffeur de taxi qui a pris la fuite s’est finalement rendu à la police à la suite à des actions  menées par le commissaire divisionnaire Ouattara Ibrahima, préfet de police de Man.

Il a fallu que le préfet de police de Man ordonne l’interpellation du propriétaire du taxi qui se trouve être la sœur aînée du chauffeur indélicat, pour que ce dernier accepte de se rendre à la police ce lundi 10 mais en fin de matinée. Recueilli par les hommes du commissaire divisionnaire Ouattara Ibrahima, le sieur Gbana Raymond est vite passé aux aveux. « C’est une situation qui ne m’était jamais arrivée. Quand j’ai cogné les trois personnes avec le motocycliste j’ai paniqué et j’ai pris la fuite. Je reconnais que la voiture n’est pas assurée et n’a pas de visite technique », avoue-t-il.

Le chauffeur de taxi a tout de même précisé que la voiture lui a été offerte par sa grande sœur il y  un peu plus d’un mois.

« Dans ma fuite j’ai croisé un monsieur quelque part sur la route de Biankouma qui m’a capturé et m’a conduit dans son campement. C’est après cela que j’ai retrouvé mon grand frère qui m’a conseillé de venir me rendre à la police », relève-t-il.

Pour le préfet de police de Man, cette arrestation va contribuer à apaiser les esprits dans la ville et ramener le calme. «  Nous avons compris qu’avec le délit de fuite, il y a bien des raisons qui justifient la volonté du chauffeur de se dérober de la justice. Nos craintes se sont avérées vraies étant donné que cette voiture n’est pas assurée, elle n’a pas de visite technique depuis le 5 mai 2018 soit trois ans jours pour jours avant l’accident », a fait savoir le patron de la police nationale dans le district des montagnes.  Selon lui en 2020  plusieurs infractions  sont à déplorer « C’est 1400 infractions routières que nous avons constaté, dont 110 cas de conduites sans permis de conduire, 460 cas de défaut de toutes pièces,  239 cas de non port de casque et 487 infractions liées à l’excès de vitesse », a noté l’officier supérieur de la police nationale.

Pour lui, l’ Etat de Côte d’Ivoire à travers sa police dispose de tous les moyens pour débusquer tout individu qui va se mettre au travers de la loi. « Vous pouvez vous cacher partout où vous voulez mais la police a les moyens de vous débusquer et vous mettre à la disposition de la justice », a-t-il soutenu.

Le 06 mai dernier, le préfet de police de Man a convié les acteurs du transport, pour leur demander de mettre le chauffeur à la disposition de ses services au risque pour eux de mettre en difficulté leurs relations avec la police qui est leur partenaire. Un message bien reçu par les organisations professionnelles du secteur du transport.

Cette situation fait suite à un accident de la circulation impliquant le taxi-maître, 3 élèves et un étudiant faisant un mort, un élève de 6ème âgé de 12 ans arraché à l’affection des siens. Cela a suscité la colère des élèves qui ont violemment manifesté dans la ville, provoquant des troubles à l’ordre public et une paralysie de la ville pendant environ 3 jours.

Kindo Ousseny

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *