Biankouma/ 6 mendiants nigériens interpellés et conduits au parquet de Man

Temps de lecture : 3 minutes

Le Commissaire de Police Bamba Bakary de Biankouma et ses hommes viennent de mettre la main sur 6 mendiants nigériens. Ces derniers passent leur temps à mendier dans les rues et à certains carrefours de la ville de Biankouma. Ces 6 mendiants, tous de nationalité nigérienne ont été transférés à la justice de Man pour Vagabondage et mendicité. Selon le Commissaire de Police, cette opération vise également à prévenir d’éventuelles cellules dormantes de réseaux terroristes.

Faisant suite à une note du Conseil National de Sécurité en date du 01 février 2024 faisant état d’une recrudescence de mendiants nigériens dans les rues de la ville de Biankouma, après vérification de cette information, le commissaire de police Bamba Bakary et ses hommes ont initié le dimanche 04 février 2024 à partir 14 heures 30 minutes, une patrouille spéciale à l’effet de démanteler un éventuel réseau de mendiants nigériens. Cette opération a permis d’interpeller trois (03) mendiants tous de nationalité nigérienne.

Le lendemain lundi 05 février 2024, jour de marché de ville de Biankouma, les hommes du commissaire divisionnaire Ouattara Bahima, préfet de police de Man ont remis le couvert. Trois autres mendiants de la même nationalité ont été interpellés dans le marché portant le nombre à six (06) personnes.

Ce sont Hamadou H, Abdoulaye G, MONMONE G, Mamadou I, ALASSANE M et SCHEKOU A. Interrogés, les trois premiers déclarent se connaître mutuellement et qu’ils sont arrivés en Côte d’Ivoire depuis quelques années par la frontière du Burkina Faso au niveau de Kafolo en passant par Ouangolo. Ils affirment avoir foulé le sol de Biankouma depuis le lundi 31 janvier 2024.

« A la question de savoir le mobile de leur présence, ils nous ont laissé entendre qu’ils sont des nomades vivants de la mendicité et qu’ils sont venus en Côte d’Ivoire dans le seul but de mendier. Ils soutiennent qu’à leur arrivée, ils se sont rendus chez le chef de la communauté nigérienne qui a refusé de les recevoir. Dans leur promenade, ils ont fait la connaissance de deux petits vendeurs ambulants de thé et de café issus de la même ethnie (Béla) qu’eux, qui les ont aidé à trouver un appartement de fortune en location au quartier commerce », explique notre interlocuteur proche de la police à Biankouma.

Invités au bureau du commissaire de police, chef de service, les sieurs Kima Adama, et Mahamadou Issoufou, responsables de la communauté nigérienne de Biankouma ont reconnu effectivement que ces trois individus interpellés le dimanche se sont présentés à eux à la recherche d’un refuge. Mais ils ont refusé leur hospitalité car leur champ d’action ne prend pas en compte les mendiants.

Les trois derniers quant à eux soutiennent également se connaître mutuellement. Ils sont domiciliés à Man et vivent de la mendicité en se promenant dans les différentes villes de la région surtout les jours de marché. Ils ont déclaré être en Côte d’Ivoire depuis l’année 2015.

Le Procureur de la République près le Tribunal de première instance de Man a été saisi. C’est alors qu’il a instruit la police à l’effet de diligenter une enquête contre les susnommés. Il a autorisé une perquisition au domicile des trois premiers interpellés ; ce qui a permis de mettre la main sur leurs affaires dans une maison de fortune (entrée-couché) sise au quartier commerce. La fouille corporelle et de leurs affaires ont permis à la police de saisir 03 cartes d’identité nigériennes; 02 extraits de naissance nigériens; 01 certificat de résidence datant du 20 avril 2023; 04 bouts de papiers sur lesquels sont inscrits des contacts téléphoniques; Des effets vestimentaires et divers autres objets; La somme totale de 199.000 F.CFA en plusieurs coupures. Conformément aux instructions de monsieur le Procureur, les six mendiants interpellés ont été conduits à son parquet ce mardi 06 février 2024 pour être entendus. Néanmoins, toutes leurs fouilles leur ont été restituées.

Kindo Ousseny à Man

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *