Man/ A l’initiative de l’ONG Djiguiya : Les guides musulmans instruits sur leur rôle en période électorale

Temps de lecture : 3 minutes
L’organisation non gouvernementale « Djiguiya » a initié ce dimanche 16 août un panel à la mosquée du grand marché de Man. C’était autour du thème « Le rôle du dirigeant musulman en période électoral ». Un thème co animé par deux panélistes à savoir docteur Mahy Touré de l’université islamique de la Malaisie et le commissaire de police Oumar Pegnan du Groupement mobile d’intervention de Man. 

L’enseignant chercheur des universités islamiques Mahy Touré a été le premier à ouvrir la communication en s’appuyant sur les livres Saints pour rappeler le rôle régalien du musulman de façon générale qui est d’adorer Dieu. Et partant de ce fait, il doit rendre gloire à Dieu et glorifier le prophète de l’islam Mohamed, « paix et salut sur lui ». Au delà de ce rôle, le croyant doit s’efforcer d’être un modèle sans la société en s’impliquant de façon active à la vie de la nation à laquelle il appartient. « Il est primordial pour un musulman d’avoir un rôle à jouer dans le processus électoral. Mais que ce rôle soit négatif ou positif, cela n’engage que lui » a-t-il fait observer. Et ce rôle ne doit pas selon lui conduire à un changement négatif de comportement. « Il faut reconnaître et accepter notre diversité dans le respect mutuel, accepter le choix de l’autre, éviter d’offenser l’autre par rapport à ses choix », a conseillé le guide religieux. 
 
Pour lui, le musulman doit savoir se contrôler et agir en toute circonstances avec modération. Mahy Touré a indiqué que la seule intelligence de l’homme ne saurait le guider sur le bon chemin et l’aider à construire une paix durable et une cohésion sociale harmonieuse. 
 
La période électorale étant sensible, le croyant doit pouvoir  éviter les mensonges, l’incitation à la haine ou à la violence car dit-il, il répondra de tout acte qu’il va poser au jugement dernier. « Il faut avoir la crainte de Dieu, inscrire la prière au centre de tout ce que nous faisons bannir la violence, savoir protéger la vie humaine parce que nul ne doit tuer son prochain, éviter de prendre de mauvaises décisions et pratiquer l’équité, la justice et le pardon qui sont des vertus prescrites dans le saint Coran  » a-t-il conclu. 
 
Quand au commissaire Oumar Pegnan, il a axé son intervention sur ce que doit faire le leader religieux musulman dans les différentes étapes de la période électorale.
 Pour lui, le dirigeant musulman doit pouvoir engager ses fidèles à accomplir leur devoir civique à toutes les étapes du processus électoral. Mais de prime abord, il doit savoir qu’il est un leader de la vie civile et qu’il est se doit d’emmener ses fidèles à s’inscrire sur la liste électorale afin de prendre part aux choix des dirigeants. « Il doit sensibiliser ses fidèles à la modernisation. À éviter de se laisser manipuler par les politiciens et faire en sorte que Dieu soit le plus présent dans la vie de ses coreligionnaires », à exhorté le commissaire de police.
 
Il a invité les guide musulmans à conseiller leur fidèles d’aller voter le jour des élections et à accepter le verdict des urnes. l’officier supérieur de la police a rappelé que nul ne doit se rendre justice. C’est pour cela qu’il a souligné qu’il existe des structure en charge des recours en cas de non approbation des résultats issus des urnes. il s’agit de la CEI et du Conseil constitutionnel qui est le seul juge des élections en Côte d’Ivoire.  le commissaire de police Oumar Pegnan a exhorté son auditoire à faire sienne la vertu de paix qui caractérise l’islam, à éviter la terreur qui a toujours de graves conséquences. « En tant que leader de la vie civile, vous devez être impartiaux dans vos appréciations devant vos fidèles, ne pas céder à la manipulation, à l’instrumentalisation, soyez des modèles pour vos communautés » a terminé l’officier supérieur de la police nationale. 

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *