Guiglo/ Conflit Wê-Baoulé : Anne Ouloto appelle à l’apaisement

Temps de lecture : 2 minutes
La ministre Anne Désirée Ouloto mandaté par le gouvernement, à l’effet de trouver une solution à la crise qui secoue la région du Cavally depuis deux mois, a appelé ce dimanche 29 octobre, les protagonistes à « déposer  fusils et machettes » pour aller à l’apaisement.

La ministre Anne Désirée Ouloto à Guiglo

Tout en déplorant la grande  » violence  » qui s’abat sur cette région, madame la ministre a précisé que  tant qu’on sera dans l' » inimitié, la solution va s’éloigner »:  » Ce qui se passe ne nous honore pas. Faisons en sorte que le sang ne coule plus. Mettons balle à terre. C’est dans un climat apaisé qu’on arrivera à une solution », a signifié Anne Desiré Ouloto. Au demeurant la ministre a prévenu que si les violences continuent, l’État sera obligé de prendre des mesures  » radicales ». En tout état de cause elle a indiqué que « la solution à ce conflit viendra de l’État ». Car, a t elle précisé, l’objet du litige qu’est le Goin-debe est un patrimoine de l’État de Côte d’Ivoire.

Avant sa rencontre avec les différents protagonistes, Madame la ministre qui conduit une forte délégation comprenant des cadres Wê et du grand centre a rencontré les forces de l’ordre à la préfecture de Guiglo. Elle a déploré le climat d’impunité qui a cours malgré l’atmosphère d’agression généralisée :  » Ce n’est pas normal que des plaintes soient faites ça et là et que rien n’est fait. Des gens sont agressés,tués sans qu’aucune interpellation n’ait lieu encore moins des enquêtes ne soient ouvertes. Ne donnez pas le sentiment que le gouvernement ne fait rien. Si on laisse ce sentiment d’injustice prospérer au sein des populations elles finiront par se faire justice elles mêmes et la violence va s’amplifier « , a t elle interpelé les forces de défense et de sécurité qui part la voix de leurs différents responsables ont signifié à madame la ministre les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leur mission de sécurisation des personnes et des biens. Ce sont, ont ils énuméré, l’étendue de la zone, le problème de mobilité et de communication de leurs hommes. Des préoccupations auxquelles madame la ministre a promis d’apporter une solution diligente.
Yebouet Kouamé, cadre du grand centre et membre de la délégation, a pour sa part conseillé à ses frères Baoulé de « tuer » la colère « noire » qui est en eux afin d’aller à la paix.
Touré Ibrahima

 

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *