Les populations désertent les plantations, des pillages en cascade à Beinleu

Temps de lecture : 2 minutes

Par Doumbia Balla Moise / Conflit inter communautaire dans le Tonkpi.

Le conflit foncier qui a éclaté début décembre entre allochtones Lobi et autochtones yacouba dans les campements du village de Beinleu dans la sous préfecture de Mahapleu est encore visible. Même si les hostilités se sont arrêtées, la méfiance est encore vivace.

image de abidjan.net

Ceux qui ont fuit leurs plantations ont peur d’y retourner. Le corps préfectoral multiplie les rencontres et tournées de sensibilisation pour non seulement prôner l’apaisement, mais aussi aider au retour dans les plantions. «  Mme le sous préfet de Mahapleu et le préfet de Danané ont rencontré les différentes communautés le lundi 11decembre dernier pour apaiser les coeurs.

Pour l’instant les tueries ont cessé, mais tout le monde a peur d’aller au champ. Ce qui fait que les vols de produits agricoles sont récurrents dans nos champs » confie Oulai Dominique, secrétaire du chef de village. Les populations pour la plus part s’est réfugiée a Mahapleu le temps que tout rentre dans l’ordre. Les forces de l’ordre qui ont constaté les dégâts, patrouillent régulièrement dans périmètre pour parer à toutes les éventualités.

Les auteurs des tueries que sont: Oulai K. André, Koui Joachin, Oulai K. Dalos et leurs femmes ont été arrêté et mis a la disposition du parquet de Danané. Selon Gouagon Félix, chef de village de Beinleu, des jeunes culminaient une vengeance sur la communauté Lobi. Ce qui a rapidement été étouffé par la notabilité. Ce vendredi 15 décembre Mme le sous préfet de Mahapleu  entreprend une tournée dans les différents campements concernés.

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *