Période d’harmattan : « Voici les risques que courent nos enfants si… »

Temps de lecture : 2 minutes

Par Kindo Ousseny / interview au Dr Koné Zoumana, médecin-chef Csu-HKB de Man.

La période d’harmattan qui se signale à l’ouest se caractérise par la présence d’un vent sec accompagné de poussière. Ce climat expose les populations à plusieurs risques et les plus exposés sont les enfants.

C’est pourquoi Docteur Koné Zoumana, médecin-chef au centre de santé urbain Henriette Konan Bédié de Man, attire l’attention de la population et fait par la même occasion des recommandations en vue de prévenir les risques de maladie. Selon lui, en cette période, ou la journée, le temps est chaud et sec, et la nuit un froid intense, donc deux temps qui contrastent et diamétralement opposés, nous sommes exposés à une chaleur excessive, à la poussière, nous sommes exposé à l’air chaud et sec que nous respirons qui peuvent entrainer des plaie au niveau des narines, qui peuvent fendiller les lèvres, la plante des pieds, les talons, fendiller même la peau chez certaines personnes. Et puis la poussière que nous respirons peut provoquer la toux, il y en a qui sont tout le temps enrhumés et grippé. Si cette poussière contient des germes, il y a des risques d’infection pulmonaire. La nuit le temps qui est froid peut entrainer un déclenchement de certaines crises chez des personnes notamment chez les asthmatiques, les drépanocytaires et autres pour ceux qui ne s’habillent pas lourd.

« C’est pourquoi dans la journée il faut éviter d’exposer les enfants au soleil, à la poussière ; les habiller lourd pour les protéger contre le vent chaud et sec. Et deuxièmement, pour les tout petit il faut leur porter un chapeau, et la nuit il faut les protéger pour ne pas qu’ils prennent des coups de froid pour déclencher des crises d’asthme », a conseillé le Toubib.  Au cas où un y a des cas avéré des pathologies citées plus faut,  en plus Dr Koné préconise l’usage de la Vaseline pour protéger la peau. Ce produit est commercialisé en pharmacie d’après lui. « Si l’enfant a les yeux qui collent, il faut le conduire chez un agent de santé. S’il tousse, on peut lui donner du sucre et du miel. Cependant si la toux persiste, il faut aller consulter un médecin ou un infirmier. En plus le sujet qui absorbe la poussière  peut avoir des crises d’allergie chronique, des rhinites et il faut toujours avoir le réflexe de se rendre dans un centre de santé », a-t-il recommandé. Pour lui, les parents doivent observer les mesures d’hygiène qui s’imposent afin de mieux protéger les enfants qui demeurent les plus fragiles.

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *