Une fondation équipe le lycée moderne de Sipilou en table-bancs

Temps de lecture : 3 minutes

Par Kindo Ousseny / Appui au système éducatif de Sipilou. Le lycée moderne Iba Diomandé de Sipilou souffre d’un déficit criard de table-bancs. Une situation qui met en mal l’éducation des enfants du département. C’est pour donner une réponse à cette situation déplorable, que le président de la Fondation Coblé des Mandé du sud,  le Préfet Mamadou Camara a décidé de prendre le taureau par les cornes.

C’est ainsi qu’avec l’apport de d’autres cadres il a décidé d’offrir 150 tables-bancs au lycée afin de permettre aux élèves de bénéficier de bonnes conditions d’étude. Ces table-bancs ont été acquis à hauteur de 1, 5 millions de francs financés par la fondation avec l’appui financier de Docteur Lohi, fille du département en fonction à la banque mondiale. En plus des tables-bancs, l’ancien préfet de Kong a offert plus de 50 livres à la bibliothèque du Lycée. Il a aussi promis un important lot de livre pour la création d’une nouvelle bibliothèque pour le lycée municipal de la ville. Le secrétaire général de la chambre nationale des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire a mis à profit cette cérémonie pour interpeler les élèves sur les récentes dérives constatés au mois de décembre où les élèves, qui voulant aller tôt en congé ont perpétré des actes de vandalismes. Des actions au cours desquelles des motos des enseignants ont été saccagés.

« J’ai été peiné de savoir que vous foulez au pied les règles élémentaires de la discipline. J’ai été meurtrie de constater que c’est le jour où nous sommes venus monter les tables-bancs que vous êtes rentrés en grève. Je voudrais vous rappeler que vous êtes trois fois déshérités », a-t-il fait remarquer. Pour lui le lycée de Sipilou n’est pas logé dans la même enseigne que les autres lycées des grandes villes du pays. « Non seulement Sipilou est loin, difficile d’accès, les professeurs qui acceptent de rester ici sont ceux qui nous aiment. Non seulement vous n’avez pas les équipements qu’il faut, vous n’avez pas de nombre suffisant de professeurs et vous voulez diminuer le nombre d’heure. Sachez que quiconque va contre la loi sera puni. Si vous vous faites renvoyer par votre mauvais comportement, vous n’aurez aucune possibilité d’aller à l’école dans ce pays », a prévenu l’ancien préfet de Kong. A sa suite, le préfet du département de Sipilou, Assamoi Florentin qui a traduit sa gratitude à son collègue, fils du terroir pour le soulagement qu’il apporte aux élèves de sa circonscription n’est pas lui aussi passé du dos de la cuillère pour assener ses vérités aux élèves. « Ne suivez pas les nuls qui veulent vous conduire à la dérive.

Evitez ce genre de violence. Qu’est-ce les professeurs vous ont fait pour être pris en otage et violentés  », a-t-il interrogé les élèves. Avant de leur rappeler qu’ils sont les premiers perdants de cette situation. « Ne suivez pas ceux qui ne sont pas des modèles. Mettez-vous au travail et éloignez-vous de tout acte de violence au risque de subir la rigueur de la loi », a prévenu le représentant de l’exécutif à Sipilou. Lors de la cérémonie, le maire Diomandé Glao s’est engagé à réparer les engins détruits des enseignants. Les dégâts qu’ils ont subis  est estimé à environ 650 milles francs.

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *