Fête de travail à Man: les abus de certains employeurs dénoncés

Temps de lecture : 3 minutes

La fête du travail a été célébrée avec faste à Man, après le géant défilé des forces vives de la commune, les centrales syndicales ont pris la parole tour à tour pour relever les préoccupations des travailleurs de la région.

Le premier à se jeter à l’eau est le porte-parole de l’Union générale des travailleurs de Côte d’Ivoire UGTCI, Soumahoro Loua qui a dénoncé ce qu’il appelle « les pratiques malsaines et anti sociales  de certaines entreprises qui se croient encore en zone de guerre où rien n’était contrôlés et chacun faisait sa propre loi ». Pour lui, la guerre  la guerre est terminée il y a longtemps et tout le monde doit rejoindre la république. « Il n’y aura plus d’excuse pour les employeurs qui ne respectent pas le salaire minimum garanti (Smig). Le salaire doit être fixé en fonction du secteur d’activité. La déclaration des travailleurs à la CNPS est l’épineux problème des employeurs. Des travailleurs passent des années sans être déclarés à la CNPS et il faut que cela prenne fin », a-t-il recommandé.

Le porte-parole de la centrale Dignité Goué jules s’est appesanti sur le cas des transporteurs qui se plaignent  des contraventions trop élevées. Qui passent de 500 à 2000 francs et même parfois à 22500 francs. Des sommes parfois portées manuellement sur le document qui sert de reçu. « Les transporteurs de Man demandent le renouvèlement de leurs parcs auto par la facilitation de l’accès aux crédits. Nous demandons le retour de la Cnps à Man pour faciliter la prise en charge sociale des travailleurs du privé », a-t-il  revendiqué. Goué Jules a salué les efforts des forces de l’ordre avant de demander une sécurisation accrue en ces temps de saison des pluies que les bandits de grands chemins affectionnent pour perpétrer leurs activités malsaines.

A sa suite Sekongo Doferin délégué régional de la Fesaci (Fédération des syndicats autonomes de Côte d’Ivoire), lui, s’est appesanti sur  les coupures récurrentes d’eau et d’électricité et les risques qui accompagnent ces ruptures. «Il nous est revenu depuis quelques temps que la qualité du pain déversé sur le marché reste à désirer. Et des mesures idoines doivent être prises car il y va de notre santé », a relevé le responsable syndical. De son côté le directeur régional du travail Adou Assi Eloi a déploré le non-respect des obligations légales par certaines entreprises. « Il y a entre autre le non-respect du Smig (60000 frs) et des autres catégories  professionnelles  telle que définies par la convention collective et le barème de salaire. Le non-paiement des salaires sur bulletin, telle que exigé par la loi. Ce qui constitue une infraction. Le refus de répondre aux convocations, qui est aussi une infraction condamnée par la loi. Absence de contrat de travail, le refus de payer les indemnités de rupture aux travailleurs…etc », a énuméré l’administrateur général du travail.

Dans l’ensemble, les travailleurs se sont félicités des efforts consentis par le gouvernement pour améliorer leurs conditions de vie et de travail.  Prenant la juste mesure des préoccupations des travailleurs, le préfet de la région du Tonkpi, préfet du département de Man, Soro Kayaha Jérôme  a indiqué que malgré les efforts du gouvernement, les statistiques interpellent plus d’un. « Entre le 1er mai 2017 et le 10 avril 2018, l’examen statistique de l’emploi dans la région révèle 278 cas de chômage technique pour 22 entreprises. 71 licenciements économiques pour 07 entreprises. Sur 238 dossiers de licenciement individuel, 203 concilié, 17 classés et 18 en instance de règlement. 20 dossiers de licenciement de délégué reçus et non autorisés par l’inspection du travail », a révélé le gouverneur du Tonkpi. Par ailleurs le préfet dit avoir pris bonne note des préoccupations des travailleurs. « Celles qui ont un caractère nationale seront transmises fidèlement au gouvernement et celles qui ont un caractère locale, je me ferai fort d’y apporter des réponses idoines », a-t-il assuré. Le préfet de région a inviter les travailleurs au respect des textes en vigueur afin d’éviter les conflits, sources de licenciement. Quant aux employeurs il les a exhortés au respect des droits des travailleurs.

Kindo Ousseny à Man

 
[metaslider id= »2420″]
 

Loading

Partager, c'est aimer!

One Reply to “Fête de travail à Man: les abus de certains employeurs dénoncés”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *