Touba : Une infrastructure routière nouvellement réalisée se dégrade deux fois de suite en 1 an

Temps de lecture : 2 minutes

Décidément les grands travaux d’infrastructures réalisés à Touba ne résistent pas aux intempéries. La moindre pluie qui tombe suffit pour mettre à nu leur mauvaise qualité.

Le même bitume emporté par l’eau pour le deuxième fois après réparation

Ainsi, la forte pluie qui s’est abattue sur la Cité de l’arbre Céleste dans la nuit du mardi 24 au mercredi 25 juillet dernier a sérieusement dégradé une portion de l’accotement de la route allant de la mosquée centrale de Touba à celle menant à la voie express d’Odienné en passant par le quartier TP Bonisso.

Pourtant, une partie de cette même  route avait été réparée après avoir été emportée par les pluies diluviennes à la même période, l’année dernière.

Une situation incompréhensible et écœurante aux yeux de la population qui se pose mille questions. « À qui la faute? à l’entreprise ou à l’État? », ne cesse de se demander celle-ci.

En tout cas sur la question, lors de la dégradation de la route au même endroit l’an dernier, Kacou Beauvais, Directeur régional des infrastructures économiques a été on ne peut plus clair.

En effet, il avait décliné toutes les responsabilités de sa direction en arguant que le suivi et le contrôle des travaux incombaient au Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD) qui en était le maître d’œuvre.

À l’en croire, il a maintes fois adressé des notes au BNETD pour attirer son attention sur la mauvaise qualité des travaux effectués.

Toutefois, il avait assuré que tant que la réception provisoire de l’ouvrage n’est pas encore faite, les travaux seront repris par l’entreprise en charge du marché à chaque fois que des problèmes seront constatés.

Cheick Lamine Bakayoko

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *