Gbonné : Il survit à une vingtaine de coups de machette portés à la tête, au cou et au thorax

Temps de lecture : 2 minutes

Nebié Issiaka est un véritable miraculé. Les nombreux coups de machettes reçus en plusieurs parties sensibles de son corps n’ont pas suffit pour le faire passer de vie à trépas.

Image à titre illustrative

En effet, Nebié Issiaka s’est vu octroyer en 2011, une portion de terre par Gouessé Gbonké Denis, en vue de la mettre en valeur.

4 années plus tard, Nebié Souleymane réclame la propriété de la parcelle. Il soutient l’avoir achetée avec un certain Bernard qui est introuvable.

Puisqu’il ne réussit pas à chasser Nebié Issiaka de la parcelle, N.Souleymane va détruire le champ de Issiaka pour y mettre ses plants.

L’affaire sera donc portée à la connaissance du chef des burkinabés, pour règlement. Après discussion, il a été décidé que N.Souleymane ne mette plus les pieds dans ce champ qui ne lui appartient pas. Malheureusement, N.Souleymane n’entendra pas raison. Mieux, il décide d’en découdre avec N.Issiaka qui lui aurait volé sa terre, selon lui.

Le 10 avril 2015, Nebié Souleymane, gourdin et machette en mains, se rend dans la dite plantation. Il surprend, dans le dos, Nebié Issiaka qui s’apprêtait pour les travaux. Sans crier gare, N.Souleymane, à l’aide de son gourdin, assomme N.Issiaka. Et comme si cela ne suffisait pas, il lui porte au total 20  coups de machette à la tête, l’épaule, le cou, le dos et le thorax.

Après cette charcuterie, il porte sa victime qu’il va tenter de jeter dans un ravin. Comme secoué par une force invisible, N. Issiaka revient de parmi les morts. Avec le peu de force qui lui reste, il mord violemment à la main son bourreau qui abandonne sa victime avant de prendre la clé des champs. Malheureusement pour lui, il sera rattrapé suite à une battue organisée.

Pour cet acte, le tribunal l’a condamné à 20 ans d’emprisonnement ferme. Il devra en outre la somme de 5.550.000fr de dommages et intérêts.

Doumbia Balla Moise

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *