Mont Peko / Après les infiltrés des crises : Le parc menacé à nouveau

Temps de lecture : 2 minutes

Après le déguerpissement de populations infiltrées, au cours de la crise politico-militaire et estimées à environ 30 000  avec les 95% d’étrangers, le parc du Mont Peko de nouveau menacé, selon une récente étude.

Sidibé Ousmane, doctorant à l’université Lorougnon Guédé, qui a effectué des recherches dans le parc a fait un bref exposé sur son état de conservation le vendredi 28 septembre. C’était à l’occasion de la 3e session conjointe des Comités de gestion locaux (CGL) du parc du Mt Peko et de la réserve naturelle intégrale du Mt Nimba.

Selon l’exposant, le parc depuis 1970 est soumis à toutes sortes de pressions anthropiques :  » Ces pressions de faible intensité avant les crises militaro politiques, ont connu une forte intensification pendant les crises de 2002 à 2013. Cependant après les crises toutes les types de pression sur le parc ont baissé significativement voire disparues pour certaines exceptés les feux de brousse incontrôlés qui connaissent une augmentation en 2017 « , note le doctorant.

Aujourd’hui, ce parc qui n’existe que de nom, est partagé entre les plants de cacao et la jachère :  » 65% de la superficie du parc ont été parcourus par les feux. La zone parcourue par les feux est largement dominée par la jachère à raison de 86,17%. Celle non parcourue par les feux est dominée par des plantations de cacao qui font 67,09% », souligne t il.

Notre chercheur note toutefois une régénération des espèces forestières dans les zones parcourues par le feux. Ce sont, a t il relevé, Aguirboutia, Ehié, Samba, Iroko, Fraké etc.

Il en est de même de plusieurs espèces animales dont il a pu enregistrer les traces ou entendus les cris comme l’Éléphant, le Buffle, l’Hippotrague, le Céphalophe, le Chimpanzé.

Outre les feux de brousse, le Lieutenant-colonel Zannou Moïse, directeur de la zone Ouest de l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) a dit son inquiétude concernant une infiltration du parc par les populations autochtones riveraines.

Touré Ibrahima

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *