Man / Attention au retour des dépôts sauvages d’ordures

Temps de lecture : 2 minutes

Depuis quelques jours, l’on constate le retour des dépôts sauvages d’ordure dans la capitale régionale du Tonkpi. Une situation qui n’est pas sans inquiétude.  

A Doyagouiné 1er, quartier de divertissement qui abrite la grande majorité des  débits de boisson de la ville, lieu par excellence où tous les étranger de la ville, et tous ceux qui visitent la ville se restaurent. « La rue princesse de Man ». Et pourtant, les usagers de ce lieux d’attraction ne se gênent pas à créer « la 19ème montagne » de la ville avec des ordures ménagères. Une situation qui expose les nombreux clients des maquis, restaurants et buvettes à l’insalubrité.

Véronique Akoua, jeune opératrice économique ne cache pas son dégout face à la montée en puissance de l’insalubrité juste en face de son débit de boisson. « Nous devons vite saisir le nouveaux maire pour qu’il trouve une solution à ce gros tas d’ordre. Autrement dit nous seront tous exposés. Et d’ailleurs même ce n’est pas bon pour l’image de la ville. En plus ce quartier est la vitrine de Man » se désole-t-elle.

Le Tas d’ordure est situé juste au carrefour de Doyagouiné  1er en face de plusieurs maquis et restaurant. Et ce sont d’ailleurs les tenanciers de ces lieux qui y déversent  leurs ordures ménagères.

A quelques mètres de là en allant vers la ville sur le pont qui sépare les quartiers Doyagouiné de Sari, des individus mal inspirés ont trouvé comme dépotoir l’entrée du pont. Et pourtant, ce pont il y a moins de 5 ans de cela, était bouché par les ordures ménagères. Ce qui a provoqué de graves inondations chez les habitants des quartiers Sari, Doyagouiné et Campus, occasionnant de nombreux dégâts matériels. Des dépôts sauvages similaires se retrouvent à grand Gbapleu, à Libreville, au quartier 13 et à Dioulabougou. Selon des conseillers municipaux que nous avons approché, la nouvelle municipalité de Man vient d’être installée et que début Janvier, tout sera mis en œuvre pour débarrasser la ville de ces dépôts sauvages d’ordures.

Kindo Ousseny

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *