Blolequin/ Après les évènements du 17 février, les jeunes demandent pardon à la nation

Temps de lecture : 2 minutes

Par Ouattara Gaël / Il l’ont promis et ils l’ont fait. Après les manifestations contre les institutions de l’État le 17 fevrier dernier, les populations de Blolequin avaient exprimé leur volonté de demander pardon à la nation et  au président, Alassane Ouattara. C’est chose faite depuis ce dimanche 15 avril où une cérémonie du pardon s’est tenue

Les différentes postures adoptées par les uns et les autres, à l’occasion, prouvent à souhait que les populations de la ville de Blolequin éprouvent un réel remord suite aux actes de vandalismes posés à l’endroit de l’État.

« Au lendemain de ces manifestations, le sentiment de culpabilité nous a toute de suite habité, et comme des enfants égarés que nous étions, nous avons retrouvé le bon sens et faisons notre mea-culpa; nous demandons pardon à genoux à notre papa le président Alassane Ouattara pour nos manquements » a plaidé Boue Paul Marinaire président départemental de la jeunesse de Bloléquin.

Un geste fort de sens, traduisant toute la repentance  d’un fils à son père. « Reste que le père pardonne à son fils pour que ce fils reçoive la bénédiction de son géniteur », a exprimé le député de BloléquinAimé GNONSIAN à son tour.

La ministre de la salubrité et du développement durable, Anne Désiré OULOTO s’est quand à elle félicitée de cette démarche des populations à reconnaître qu’elle ont fauté et les a invité à être responsable tout en se détournant des actes de  vandalisme qui, a t elle dit, n’honorent pas la région du Cavally.

 

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *