Touba / Lycée GAF : Des menaces sur l’année scolaire

Temps de lecture : 2 minutes

Le démarrage des cours au lycée Gouverneur Abdoulaye Fadiga (LGAF) traîne à prendre forme. Cela est dû au manque criant de personnels enseignant et d’encadrement.

Le lycée de Touba est l’ombre de lui-même

Réaménagé récemment à la faveur de la rentrée scolaire 2018-2019, le visiteur qui rentre dans la cour du lycée GAF de Touba, est tout de suite impressionné par la métamorphose subie par son environnement physique amélioré.

Mais cette beauté apparente, cache bien une triste réalité non perceptible à l’œil nu. Il s’agit en l’occurrence du manque criant de personnels surtout le déficit en enseignants dont il souffre.

En effet, cet établissement, manque de professeurs dans la quasi-totalité des disciplines. Le cas de la physique-chimie est le plus alarmant. Pour le plus grand lycée de la région du Bafing dont la population scolaire est estimée à 3216 élèves, il n’ y a qu’un seul professeur de physique-chimie en poste.

Lors de la réunion de rentrée tenue récemment, Diarassouba Amadou, proviseur du lycée GAF, annonçait un besoin de 22 professeurs, de 17 personnels administratifs et d’encadrement. 

Voilà que le déficit se creuse au fil du temps dans la mesure où certains enseignants contre toute attente, sont revenus des vacances scolaires avec des décisions de mutation obtenues en dehors des canaux officiels alors que la commission nationale a rendu les résultats de ses travaux deux mois auparavant (un seul départ officiel annoncé pour le lycée GAF).

La saignée n’est pas prête de s’arrêter car des indiscrétions indiquent que des agents du lycée régional de Touba, non encore revenus, manœuvreraient à Abidjan pour se faire muter ailleurs. Cela, avec la complicité d’agents véreux en service au département du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation technique (MENET-FP) chargé des ressources humaines. 

Les cours en cette année scolaire, sensés débutés depuis le 10 septembre 2018, tournent au ralenti ou du moins n’ont jamais véritablement démarré. Le peu de personnel présent, étant contraint de déserter les salles de classes ou les bureaux, obligé de prêter mains fortes à la poignée de personnes en charge des inscriptions physiques des élèves. Telle que la situation se présente en ce moment, la grande majorité des classes, restera sans enseignants. 

Il faut l’avouer tout net, les choses sont mal embarquées en cette nouvelle année scolaire. Qui sans nul doute, risque d’être très mouvementée quant on sait que les élèves sont promptes à débrayer à la moindre occasion. 

Autorités, cadres, élus, sont tous appelés au chevet du lycée GAF de Touba si tant est que l’éducation des enfants est inscrite au nombre de leurs préoccupations majeures.

Cheick Lamine Bakayoko

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *