Touba / Un cadre fait établir des jugements supplétifs à 500 enfants

Temps de lecture : 2 minutes

Éviter aux enfants d’être des apatrides et leur donner la chance d’aller à l’école afin de réussir plus tard dans vie. Tel est le vœu cher à Touré Kafoumba, responsable administratif  et financier au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, par ailleurs cadres de la région du Bafing.

Touré Moustapha, nouveau chef de Sokourala

En effet, le natif de Mahou-Sokourala a fait parler son cœur en  finançant sur fonds propres l’établissement de 500 jugements supplétifs (Js) au bénéfice des enfants de plusieurs villages de la sous-préfecture de Touba et même au-delà.

Il s’agit des villages de Mahou-Sokourala, Yalla, Mimbala, N’Golodougou, Madinan, Sianon, Sekodougou, Kamassela, Yoh, Kohidougou, Tiekourasso et trois villages de la sous-préfecture de Guintéguela. Mieux, le bienfaiteur, a fait établir dans la même logique plusieurs certificats de nationalité ivoirienne aux bénéficiaires

Un acte de haute portée salué et apprécié à sa juste valeur par Savadogo Adama, sous-préfet central de Touba. C’était au cours d’une rencontre tenue le 3 décembre 2018 à Touba avec les chefs des villages de ladite circonscription.

Selon le sous-préfet Savadogo Adama, malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation à l’endroit des populations, relative à la déclaration des naissances, de nombreuses nouvelles naissances restent encore méconnues des livres de l’état de civil de son administration. C’est pourquoi, il a rendu un vibrant hommage à Touré Kafoumba pour son acte.

Le Sous-préfet Savadogo Adama, a exhorté les communautés à la déclaration des naissances

À l’en croire,  ce geste  est unique en son genre depuis sa prise de fonction en 2014 à la tête de la sous-préfecture de Touba. L’administrateur civil a lancé un appel pressant à l’endroit des autres cadres à emboîter le pas à Touré Kafoumba au regard de l’importance des actes de naissance pour l’avenir de l’enfant: »Sans acte de naissance, il n’ya pas d’école », a-t-il lancé. Non sans exhorter les chefs de villages présents à la rencontre, sur la nécessité pour eux  d’expliquer à leurs populations, le bien fondé de la déclaration des naissances qui du reste, au dire de Savadogo Adama, est gratuite: »Elle n’est point assujettie à l’établissement obligatoire des extraits d’acte de naissance qui pourra se faire quand besoin sera », a t il expliqué.

L’autre articulation de la rencontre a été la présentation de Touré Moustapha, le tout nouveau chef de village de Mahou-Sokourala, désigné à l’unanimité le 21 novembre dernier, après une consultation populaire en présence du sous-préfet Savadogo Adama.

Cheick Lamine

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *