Man / L’école encore perturbée ce mardi

Temps de lecture : 2 minutes

L’école connait encore des troubles à Man. Le lundi 13 mai 2019, les élèves du lycée municipal Jacket Florent ont perturbé les cours sous prétexte qu’ils réclamaient leurs notes et le prolongement du troisième trimestre. Ce mardi, ce sont quatre établissements du  secondaire public qui n’ont pu faire cour en raison des troubles initiés par des élèves et des enseignants.

Cette fois-ci, tout  porte à croire que les élèves sont manipulés par des enseignants. Selon l’élève Gueu Anicet que nous avons interrogés, ce sont des enseignants qui ont demandé aux élèves de rester à la maison au motif qu’ils doivent revendiquer le prolongement du troisième trimestre qui selon eux est trop court. Joint au téléphone, un professeur du lycée municipal Jacquet Florent admet l’hypothèse selon laquelle certains de ses collègues, une minorité selon ses propres termes serait à la base de cette perturbation de l’école. « Comme ils savent qu‘ils ne sont pas nombreux, ils se cachent derrière les élèves pour faire croire que ce sont les eux qui sont en grève. Ils les manipulent pour déloger leurs camarades dans les établissements publics. Sinon qu’en réalité, il y a un préavis de grève des enseignants qui est en cours à compter de ce mardi 14 au vendredi 17 mai 2019 », explique notre interlocuteur.     

Un leader syndical que nous avons réussi à joindre confirme ces allégations avec plus de précision. « Sur 29 établissements secondaires publics que compte la région du Tonkpi, 04 sont perturbés. Il s’agit du lycée municipal Florent Jacquet, le Lycée 2 de Man, perturbés par des élèves à coup de jets de pierre.  Du Lycée 1 et Man et celui de Logoualé perturbé par des enseignants grévistes », a révélé le leader syndical. D’après lui, les cours se déroulent normalement dans 26 établissements publics sur les 29 que compte la région soit un taux de fréquentation de 86, 28 %  selon la direction régionale de l’éducation nationale du Tonkpi. « C’est une grève des enseignants du Cosefci. Dans la pratique, ils manipulent les élèves pour parvenir à leur fin. A Logoualé, il ont même violenté le secrétaire général du Synesci », précise notre source syndicale.       

Kindo Ousseny à Man 

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *