Prévention des conflits électoraux : Un forum de discussion communautaire initié à Facobly

Temps de lecture : 3 minutes

Le regroupement des acteurs ivoiriens des droits de l’homme a initié le jeudi 24 juin dernier un forum de discussion communautaire à Facobly. Ces échanges ont réuni les autorités coutumières, le commandant de la brigade de gendarmerie de la ville, les leaders des organisations de femmes, les responsables et la jeunesse et de la société civile autour de  plusieurs thématiques. Il a été question pour eux de faire le diagnostic des causes des violences afin de prévenir les violations des droits de l’homme.

Cette activité bénéficie du soutien financier de l’Union Européenne et de la Fondation Konrad Adenauer stiftung (KAS).

« Le forum de discussion permettra dans un premier temps, aux participants représentant les acteurs clés de la société au niveau local, d’avoir un espace d’expression et d’affirmation de leurs opinions sur des thématiques pertinentes en rapport avec leur réalité locale puis dans une double mesure, aider au renforcement de la cohésion sociale et à l’établissement de bases solides pour une réconciliation durable », a indiqué Charles Tapé, Coach expert, représentant le Coordonnateur général du RAIDH.

A Facobly, les débats ont tourné autour des thèmes comme la violence politique ou électorale et le dialogue intercommunautaire, la participation politique et citoyenne des jeunes et des femmes.

La modératrice Mariam Diomandé Touré a procédé par des questions réponses pour amener les participants à dévoiler les causes des violences politiques qui d’après eux sont dues à la manipulation des jeunes en chômage par  certains hommes  politiques. D’autres ont relevé la désinformation sur les réseaux sociaux, la délation et le dénigrement mensonger dont certains se rendent coupables. Ainsi que les prises de position politiques qui sont parfois source de haine.

Pour les participants, les solutions à ces phénomènes restent la sensibilisation à la non-violence, au vivre ensemble, dans la paix et le respect des us et coutumes et les règles établies par la société. D’autres ont prôné l’amour du prochain et la participation citoyenne de toutes les couches sociales aux activités qui engagent la vie de la nation.

Le commandant de la brigade de gendarmerie, l’adjudant-chef Gbamélé N’dri, a pour sa part insisté sur l’éducation des enfants à la cohésion. Pour lui, les ivoiriens doivent s’inspirer des graves crises qui ont secoué le pays et se concentrer sur l’essentiel qui les le travail pour leur bien-être. « Je voudrais inviter chacun de nous à prendre à bras le corps l’éducation de nos enfants, à rechercher la cohésion, la solidarité, et le vivre ensemble. Seuls, ces données nous permettront d’aller de l’avant. Il a aussi précisé que les leaders communautaires doivent œuvrer à la prévention des crises avant et pendant les périodes électorales, gage d’une paix assurée en période postélectorale », a-t-il exhorté.

Les participants  ont fait des recommandations qui seront transmises aux premiers responsables du RAIDH et à la fondation KAS.

Kindo Ousseny à Man

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *