Région du Tonkpi/ La situation de la solidarité et de la cohésion sociale passée au scanner

Temps de lecture : 4 minutes

La commission régionale de l’observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale du Tonkpi a tenu sa quatrième réunion trimestrielle statutaire de l’an 2023 ce mercredi 29 novembre 2023 à la préfecture de Man. Cette rencontre a été l’occasion pour les membres de la commission de passer au scanner la situation de la cohésion sociale et de la solidarité dans la région. Et ce à travers le point des activités des différents acteurs. La réunion conduite par le Directeur régional de la cohésion  nationale de solidarité et de la lutte contre la pauvreté a été présidée par le sous-préfet de Sandougou Soba, représentant le préfet de la région du Tonkpi, préfet du département de Man.

La réunion du mercredi a porté essentiellement sur la contribution des membres de la commission dans la préservation de la cohésion sociale dans la région et à la promotion des faits qui permettent de renforcer la solidarité à l’échelle régionale.

Le directeur régional de la cohésion nationale, de la solidarité et de la lutte contre la pauvreté, Adama Fofana, par ailleurs secrétaire technique de la commission régionale a insisté sur les activités de filets sociaux productifs. C’est une manière pour le gouvernement de redistribuer les fruits de la croissance économique et pour la région du Tonkpi plusieurs nouveaux ménages vulnérables  bénéficieront   d’une allocation   de  36 000 francs non remboursables. Cette activité, dit-il, relève de la solidarité gouvernementale.  « Nous avons aussi fait le suivi du dossier de l’adolescent qui a été abattu par des militaires. Nous avons beaucoup travaillé avec les organisations de jeunesse et les communautés et avec les appuis des autorités dont le préfet de région et les hautes autorités militaires, nous avons pu calmer les esprits et tout est rentré dans l’ordre. Plusieurs actions d’anticipation ont été menées et tout va très bien.

Pour leur part, les chefs par la voix du chef Raphaël Yaké, porte-parole du président de la chambre régionale des rois et chefs traditionnel ont fait savoir qu’à leur niveau des problèmes de succession de chefs de cantons et de chefs de village ont été résolu par la cours royal dans le strict respect des us et coutumes à Mahapleu dans le département de Danané et à Gongouiné 1 dans la sous-préfecture de Bogouiné.  Ainsi que des velléités de conflits fonciers résolus par anticipation dans certaines localités notamment dans le département de Biankouma.  

Le conseil régional, représenté par Désiré Mohy, Directeur de cabinet du président du conseil régional du Tonkpi a lui aussi été invité à faire impliquer son institution dans la prévention et la résolution des conflits communautaires.

Pour sa part, dame Sadia Gueu, représentant la fédération des organisations féminines de la commune de Man a fait un compte rendu de plusieurs activités de sensibilisation sur la violence basées sur le genre, la lutte contre les fistules obstétricales et la promotion de la cohésion sociale.

Dans le secteur de la santé, Monsieur Beugré, chargé de la gestion des données, représentant le directeur régional de la santé et de la couverture maladie universelle s’est prononcé sur la campagne de sensibilisation pour l’établissement des cartes de la couverture maladie universelle. Selon lui Man aura bientôt un dispositif d’établissement de  ces cartes in situ. Il  a ensuite informé l’assistance de ce que l’état accorde des facilités à ceux qui ont des arriérés dans les cotisations. Aussi a-t-il déploré la résurgence de la mortalité maternelle en milieu communautaire imputée aux accoucheuses traditionnelle. Il est question, selon lui, de les identifier et de les sensibiliser pour qu’elles réfèrent les parturientes dans l’urgence dans les centres de santé  les plus proches. Les participants ont été aussi informés de la tenue de la semaine nationale de lutte contre le VIH/SIDA prévue pour le 19 décembre prochain.

Le centre d’excellence des femmes a présenté ses activités de sensibilisation pour la cohésion sociale. Son représentant Bih Mamo  s’est prononcé sur l’assassinat  de l’institutrice à Gbatongouin tout en appelant à l’impunité face à ce crime crapuleux.

L’ONG IFS représenté par son président Alexis Bih a informé les participants sur ses action d’adduction en eau potable en milieu communautaire dans les régions du Tonkpi et du Guémon, avec la mise en place des comités de gestion, ainsi que ses activités de prévention des conflits fonciers dans les villages de la région.

A Biankouma, 5 adolescents qui ont violé une jeune fille de 13 ans ont été appréhendés et le dossier est suivi par la commission régionale afin d’éviter l’impunité face à ce crime tout en préservant la cohésion sociale.

En termes de perspective, le secrétaire technique Adama Fofana a appelé à la mise en place d’un dispositif d’urgence afin de pouvoir réagir en cas de sinistre ou autre situation d’urgence.  

Le sous-préfet de Sandougou Soba, Djekou Fayo Leonard, a félicité les participants pour le travail abattu par la commission ces trois derniers mois. Il a exhorté les membres à tout mettre en œuvre pour répondre aux différentes situations qui vont se présenter à eux.

« Nous avons connu toutes les situations dans notre pays. Nous avons connu une longue crise qui a été résolue. Il est question pour nous d’œuvrer à la consolidation de la paix et la cohésion sociale, gage de tout développement durable », a exhorté l’autorité administrative.

Il a aussi déploré le nombre trop élevé d’enfants sans extrait d’acte de naissance dans la région. Dans sa circonscription, près de 600 enfants de zéro à 15 ans se retrouvent sans aucun papier. Alors qu’ils vont à l’école et d’autres au CM2.

Kindo Ousseny à Man

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *