Solidarité et cohésion sociale : Les commissions régionales de l’OSCS du Tonkpi et du Kabadougou dressent leur bilan

Temps de lecture : 2 minutes

Les commissions régionales de l’observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale du Tonkpi et du Kabadougou ont tenu récemment leurs réunions bilan de l’année 2020 à Odienné et à Man. 

Dans le Tonkpi comme dans le Kabadougou, il s’est agi de faire le bilan du fonctionnement de la commission régionale, faire l’état des lieux de la solidarité et la cohésion sociale en renseignant les indicateurs de solidarité et de cohésion sociale de la région, présenter les perspectives pour 2021 et prendre des mesures pour améliorer le fonctionnement de la commission régionale.

À Man, capitale de la région du Tonkpi, le directeur régional de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Fofana Adama, s’est réjoui de l’implication de toutes les parties prenantes pour garantir une élection présidentielle sans violence. <<Je voudrais dire merci aux uns et aux autres, merci pour leur implication effective dans la recherche de la paix et la quiétude, gage de tout développement durable et harmonieux. De nombreux renforcements de capacités des jeunes leaders et des femmes ont permis d’éviter l’instrumentation des jeunes>>, a reconnu le secrétaire technique de la commission régionale de l’OSCS dans le Tonkpi.

Aussi, a-t-il promis des ateliers au cours de l’année à venir sur la problématique de l’immigration clandestine qui commence à avoir pion sur rue à Man. Dans le Kabadougou, Abraham Soro, le directeur régional de solidarité a relevé que le mécanisme d’alerte précoce mis en place par l’observatoire de la solidarité et de la cohésion sociale a permis de fournir plusieurs informations et de démentir beaucoup de fausse informations. La commission régionale du Kabadougou a révélé quelques difficultés survenues au cours de l’année, entre autres, l’instabilité et l’inaction de certains moniteurs et points focaux, la non-tenue des réunions trimestrielles et le manque de rémunération pour les moniteurs.

Au nombre de 25 sur le territoire ivoirien, les commissions régionales de l’OSCS permettent d’une part d’assurer l’extension de son mécanisme d’alerte précoce aux différentes régions administratives et d’autres part de garantir une meilleure animation de son système intégré de production et de gestion d’informations stratégiques en matière de solidarité et de cohésion sociale.

Jean Olivier Dan

Loading

Partager, c'est aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *